© Image : Marco Zocchi (Nuit des Veilleurs 2020 à Renens)

 
 

 
 
 
 
 
 
 
 

26 juin 2022 : prier pour les victimes

 

Le 26 juin est la Journée internationale  de soutien aux victimes de la torture. Il s’agit d’une date clé pour le mouvement international de l’ACAT.

 

La Nuit des Veilleurs est lancée en 2006 par l’ACAT-France. L'idée est de créer une chaîne internationale de personnes se recueillant pour les victimes. Nous souhaitons marquer la Journée internationale de soutien aux victimes de la torture, et exprimer notre solidarité envers toutes les personnes qui ont vécu la torture ou en sont victimes aujourd’hui.

 

* L’Assemblée générale des Nations unies a proclamé la date du 26 juin Journée internationale  de soutien aux victimes de la torture, afin d’éliminer la torture et d’assurer l’application de la Convention des Nations unies contre la torture et autres peines ou traitements cruels, inhumains ou dégradants.

 

 

Votre participation

 

Il est possible de participer individuellement à la chaîne de prières, mais également d’organiser une veillée collective ou de proposer un autre type d’événement. Toute initiative pour renforcer la valeur symbolique de la Journée de soutien aux victimes de la torture est la bienvenue.


Veuillez nous faire part de vos projets :
Allumerez-vous une bougie à la maison ? Priez-vous avec d’autres personnes ? Écrivez-vous aux victimes ? Vos informations et des photos de votre événement sont les bienvenues : Andrin Honegger, a.honegger@acat.ch.

 

→ Inscrivez votre événement également sur www.nuitdesveilleurs.fr

 

Les personnes pour lesquelles nous prions

 
 
 

 
 

Huang Xueqin

 
 

 
 

Mohamed El-Baker

 
 

 
 

Erick Iván et Verónica Razo Casales

 
 
 

 
 

Le Huu Minh Tuan

 
 

 
 

Sultana et Luara Khaya

 
 
 

 


 

 
 
 

 
 

-- CHINE --

 

Huang Xueqin

 

Depuis sa dernière arrestation l’année passée, Huang Xueqin est toujours emprisonnée au centre de détention n° 2 de Guangzhou. Depuis 2017, la journaliste, initiatrice du mouvement #MeToo en Chine, dénonçait le harcèlement subi par les femmes journalistes.

 

En octobre 2019, elle a fait l’objet d’une première arrestation pour avoir écrit sur son blog des articles relatifs au mouvement de contestation à Hong Kong, avant d’être libérée sous caution en janvier 2020.

 

Le 19 septembre 2021, elle est de nouveau arrêtée et accusée « d’incitation à la subversion du pourvoir de l’État », pour avoir participé à des rassemblements chez un autre journaliste activiste. En prison, Huang Xueqin n’est pas autorisée à recevoir la visite d’un.e avocat.e. Sa famille n’a pas connaissance des accusations qui pèsent à son encontre, ni de son  état de santé.

 

 

Pour écrire à Huang Xueqin :

HUANG XUEQIN

Guangzhou 2nd Detention Center: No. 2
Baishuizhai Avenue, Paitan Tow

Zengcheng City
Guangzhou
Chine

 

 

 

 
 
 

 
 

-- ÉGYPTE --

 

Mohamed El-Baker

 

Mohamed El-Baker est détenu arbitrairement dans des conditions pénibles depuis près de trois ans au Caire. L’avocat spécialisé dans les droits humains, fondateur et directeur du Centre Adalah pour les droits et libertés, a été arrêté le 29 septembre 2019 pour « participation à un groupe terroriste, financement d’un groupe terroriste et diffusion de fausses informations qui menacent la sécurité nationale ».

 

Pendant un an et demi, il a été détenu dans une cellule mal ventilée de la tristement célèbre prison de Tora au Caire, où il a dû se contenter de cartons comme matelas de fortune et où il n’a pas été autorisé à sortir de sa cellule, sous réserve de visites. L’accès aux livres, journaux et la radio lui a également été refusé. Le 20 décembre 2021, Mohamed a été condamné à 4 ans de détention, alors que plusieurs rapporteurs spéciaux des Nations unies avaient appelé à sa libération.

 

À la suite d’une décision judiciaire survenue en novembre 2020 – dont Mohamed n’avait même pas connaissance –, il a également été ajouté à la liste des terroristes pour une durée de cinq ans. Cette décision a pour conséquences de geler ses biens et avoirs financiers, de lui interdire de voyager à l’étranger ainsi que d’assumer une fonction publique ou officielle, comme celle d’exercer la fonction d’avocat, dans le cas où il serait libéré prochainement.

 

 

Pour écrire à Mohamed El-Baker :

ACAT-France – MOHAMED EL-BAKER

7, rue Georges Lardennois

75019 Paris

France

 

L'ACAT-France transmettra vos messages.

 

 

 
 
 

 

 
 

+++ Nouvelles +++

 

Erick Iván a été libéré le 28 mai 2022, après 11 ans de captivité. Sa sœur Verónica reste cependant injustement détenue.

 
 

-- MEXIQUE --

 

Erick Iván et Verónica Razo Casales

 

Cela fait près de 11 ans que Erick Iván et Verónica Razo Casales sont incarcérés sans procès, sur la base d’aveux arrachés sous la torture. Le 8 juin 2011, ils ont été arrêtés sans mandat d’arrêt par des policiers fédéraux en civil.

 

Accusés sans preuve, le frère et la sœur ont alors été frappés, électrocutés dans les parties génitales et soumis au simulacre de noyade. Verónica a en outre subi des sévices sexuels, dont deux viols. Sans l’assistance d’un avocat, ils ont été contraints de signer une déposition dans laquelle ils se déclaraient coupables de deux enlèvements crapuleux.

 

Plusieurs organismes ont dénoncé les violations du droit international subies par Erick et Verónica et demandé leur libération aux autorités. Au début du mois de février 2022, Porfirio Javier Sánchez, un de leurs bourreaux, qui travaillait pour la police fédérale du Mexique, a été arrêté pour torture et fabrication de fausses preuves. Bien que cette arrestation représente un premier pas vers la lutte contre l’impunité, Erick et Verónica continuent d’être détenus arbitrairement à ce jour.

 

Pour écrire à Erick Iván et Verónica Razo Casales:

ERICK IVÁN Y VERÓNICA RAZO CASALES
Comisión Ejecutiva de Atención a Víctimas:

Ángel Urraza #1137
Col del Valle Centro, Benito Juárez
03100 Ciudad de México

Mexique

 

 

 

 
 
 

 
 

-- VIETNAM --

 

Le Huu Minh Tuan

 

Le Huu Minh Tuan est détenu à la prison vietnamienne de Chi Hoa. Ce journaliste est membre de l’Association des journalistes indépendants du Vietnam (IJAVN), une association non reconnue par le Parti communiste vietnamien.

 

Le 12 juin 2020, Le Huu Minh Tuan a été arrêté par la police de Ho Chi Minh City, après plusieurs mois de menaces et d’intimidations de la part du bureau de la sécurité publique. En prison, il a été détenu dans des conditions déplorables et a dû attendre plusieurs mois avant de pouvoir rencontrer son avocat. Le 5 janvier 2021, le tribunal populaire de la ville de Ho Chi Minh a déclaré Le Huu Minh Tuan coupable de « propagande anti-État » et l’a condamné à une peine de 11 ans de réclusion après moins de 4 heures d’audience.

 

En juin 2021, le Groupe de travail des Nations Unies sur la détention arbitraire a demandé la libération de Le Huu Minh Tuan. Le 28 février 2022, la Cour d’appel de la ville de Ho chi Minh a cependant confirmé le jugement de l’instance inférieure. Avant son procès, Tuan n’a pas été autorisé à s’entretenir avec son avocat en raison de la crise sanitaire due au virus de la Covid-19, un motif qui a régulièrement été utilisé de façon abusive par les autorités pour justifier des vices de procédure et des reports d’audiences.

 

 

Pour écrire à Le Huu Minh Tuan :

LÊ HUU MINH TUÂN
Chi Hoa Prison Center (Trai tam giam Chí Hòa)
324 Đ. Hoà Hung
Phuong 12, Quân 10
Thành pho Ho Chí Minh 70000
Vietnam


 

 
 
 

 
 

-- MAROC --

 

Sultana et Luara Khaya

 

Sultana Khaya et sa sœur Luara sont régulièrement victimes de violences et d’agressions sexuelles de la part des forces de sécurité marocaines. Depuis le 19 novembre 2020, elles sont abusivement assignées à résidence en raison de leur engagement pour la défense des droits des Sahraouis.

 

Cette mesure leur a été annoncée oralement par le chef de la police, sans qu’aucune décision judiciaire ne soit rendue. Depuis, les forces de sécurité marocaines se sont positionnées autour de leur domicile et ont empêché les deux sœurs de sortir. Les deux sœurs ainsi que leur mère âgée de plus de 80 ans, ont été agressées sexuellement à plusieurs reprises.

 

Le 5 décembre 2021, des agents ont forcé Sultana à inhaler une substance ayant entraîné une paralysie de ses membres et lui ont injecté un liquide inconnu ayant entrainé la perte de plusieurs dents, des démangeaisons et des gonflements. Puis, pendant deux heures, Sultana Khaya et sa sœur ont été violées et battues. Les agents ont également saccagé la maison et rendu inutilisable le réservoir d’eau.

 

Le 16 mars 2022, des volontaires américains ont pu rejoindre la famille Khaya, brisant le blocus imposé par les autorités marocaines. Si les sœurs Khaya peuvent à présent sortir autour de leur maison, elles ne peuvent toujours pas franchir le périmètre de sécurité imposé par les forces marocaines.

 

 

Pour écrire à Sultana et Luara Khaya :

ACAT-France – SULTANA ET LUARA KHAYA

7, rue Georges Lardennois

75019 Paris

France

 

L'ACAT-France transmettra vos messges.