Image : Juraj Varga from Pixabay

Écrire et signer les appels

 
 

Nous intervenons, au niveau du droit international, au moyen de lettres envoyées en faveur de personnes dont les droits fondamentaux à l'intégrité physique et psychique ont été lésés. Nos agissons surtout pour des personnes victimes ou menacées de torture ou de la peine de mort. → Pour qui intervenons-nous et quels sont les effets des lettres?

 
 
 

VIETNAM : La police attaque des citoyens dans leur sommeil

 

Appel urgent d'avril 2021

 

Depuis l’année passée, plusieurs procès inéquitables se sont déroulés au Vietnam, à l’encontre de personnes s’étant opposées pacifiquement aux forces de l’ordre, qu’il s’agisse de défenseurs des droits humains ou de simples citoyens faisant usage de leurs droits.

 
 
 

Image : lawyersforlawyers.org

 
 
 

Le quartier de Dong-Tam, district de My-Duc à Hanoi, la capitale vietnamienne, a été encerclé le 9 janvier 2020 à 4 heures du matin par 3000 policiers venus confisquer de force les terres où résidait une communauté. Lors de cet assaut, les forces de police ont fusillé le chef de la communauté Le Dinh Kinh dans son lit. D’autres résidents ont aussi été attaqués dans leur sommeil. Plus tard, les autorités ont accusé les résidents d‘avoir résisté aux forces de police et d’avoir tué trois policiers. Selon des exilés vietnamiens, il est peu probable que les résidents soient responsables de la mort des policiers. Il est aussi possible que, dans la pénombre, les policiers soient tombés dans des grands trous du terrain ou qu’ils aient été tués accidentellement par des coups de feu de leurs collègues. Une enquête indépendante a toujours été refusée par les autorités. À ce jour, les résidents souffrent encore de symptômes dus à l’utilisation massive de gaz lacrymogène.


Condamnations à mort et à de lourdes peines de prison  


Pendant cette action, la police a arrêté 29 personnes. 19 d’entre elles auraient été torturés pour leur extorquer des aveux. 13 auraient été libérées par le sursis accordé aux peines prononcées. Celles qui sont encore incarcérées sont détenues dans des condition inhumaines. Le 8 mars 2021, dans un procès en appel, la Haute Cour de Ha Noi a confirmé les condamnations établies en septembre 2020 contre 6 personnes. Encore une fois, les avocats ont subi de sérieuses limitations dans leur travail. Les sentences de mort contre Le Dinh Cong et Le Dinh Chuc, les fils du doyen du village assassiné, ont été confirmées. Selon l’organisation Viet Tan, Le Dinh Doanh, père de jeunes enfants, et d’autres inculpés ont été condamnés à la perpétuité ou à plusieurs années d’emprisonnement.


Le 23 juin 2020, la militante des droits fonciers, Can Thi Theu, et ses fils, Trinh Ba Phuong et Trinh Ba Tu, ont été détenus après avoir raconté le destin des résidents de Dong-Tam sur les médias sociaux. Trinh Ba Phuong a récemment été transféré de la prison n° 1 à l’hôpital psychiatrique n° 1 de Ha Noi, et y serait en danger.


Critiques interdites envers les autorités


Indépendamment du cas de Dong-Tam, le 20 janvier 2021, le tribunal du peuple de Hau Giang a condamné la militante pro­­environnement Dinh Thi Thu Thuy à sept ans d’emprisonnement pour prétendue propagande contre l’État selon article 117 du code pénal. Dinh Thi Thu Thuy, mère d’un fils de 9 ans, est en détention depuis le 18 avril 2020. La médecin Huynh Thi To Nga et son frère Huynh Minh Tam ont aussi écopé de lourdes peines de prison pour leurs critiques sur Facebook contre les autorités.


Sources : ACAT-Allemagne / viettan.org / rfa.org / courrierinternational.com / youtube.com

 
 

Dans la lettre au Secrétaire général du parti communiste du Vietnam (membre prépondérant du gouvernement) il est demandé d’intervenir en relation avec ces nombreux procès soupçonnés d’avoir été tenus de manière inéquitable. Au vu des nombreuses lacunes observées dans les procédures, toutes les personnes condamnées devraient être libérées, a minima rejugées de manière impartiale et équitable. En particulier, les condamnations à mort prononcées contre Le Dinh Cong et Le Dinh Chuc devraient être annulées. Le Vietnam est notamment Partie au Pacte international relatif aux droits civils et politiques et à la Convention de l’ONU contre la torture, et est tenu de respecter les dispositions de ces traités, dont le droit à un procès équitable.

 
 

Signez l'appel urgent en leur faveur et envoyez-le à : 

 

H.E. Nguyen Phu Trong

Secretary General

of the Communist Party of Vietnam

2 Hung Vuong

Ba Dinh

Ha Noi

Vietnam

 

Port :     2 fr. (courrier A)

 

Avec copie à :

 

Ambassade du Vietnam en Suisse

Schlösslistrasse 26

3008 Berne

 

Port :     1.00 fr. (courrier A)

E-Mail :  vietsuisse(a)bluewin.ch

 

Délai d’envoi : 20 mai 2021  -  Merci de votre engagement !

 
 

Téléchargements

 

Lettre d'intervention au Secrétaire général du parti communiste du Vietnam

→ Vous trouverez cet appel urgent également dans notre magazine « Agir avec l'ACAT » (édition avril 2021)

 
 
 

Indications pour les appels urgents

 

 

→ Comment signer et envoyer les appels urgents ?

 
 

Adhérer

 

Les membres de l'ACAT-Suisse reçoivent six fois par an deux lettres à envoyer aux gouvernements et ambassades concernés.

Ils s'engagent également contre la torture et la peine de mort en participant aux campagnes.

 

→ Devenir membre