Image : Juraj Varga from Pixabay

Écrire et signer les appels

 
 

Nous intervenons, au niveau du droit international, au moyen de lettres envoyées en faveur de personnes dont les droits fondamentaux à l'intégrité physique et psychique ont été lésés. Nos agissons surtout pour des personnes victimes ou menacées de torture ou de la peine de mort.

 

→ Pour qui intervenons-nous et quels sont les effets des lettres ?

→ Comment envoyer des appels urgents ?

 
 
 

Janvier 2024: POLOGNE

 

POLOGNE — Meilleurs conditions de détention et un procès équitable pour Pablo González!

 

Appel urgent janvier 2024 • Délai d'intervention: 15 février 2024

 

Le journaliste Pablo González Yagüe a été arrêté et placé à l’isolement. Les autorités polonaises le soupçonnent d’espionnage. Pourtant, aucune preuve soutenant ces allégations n’a été rendue publique. Signez maintenant l’appel urgent pour exiger des meilleures conditions de détention et une procédure équitable pour Pablo González !

 
 

Téléchargement

 

Appel urgent au ministre polonais de la justice

 
 
 

Photo: Pablo González Yagüe, Profil X

 
 
 

Le 28 février 2022, des membres de l'Agence polonaise de sécurité intérieure (ABW) ont arrêté Pablo González à Przemyśl, dans la zone frontalière avec l'Ukraine. Le journaliste y effectuait un reportage sur la crise humanitaire. Il a été accusé de travailler comme espion pour le Département central de renseignement russe (GRU). Le tribunal régional de Rzeszów a autorisé le placement en détention provisoire pendant trois mois dans l'attente de l'enquête. En avril 2022, Pablo González a été transféré à Radom. Au total, sa détention provisoire a été prolongée à sept reprises sans qu’aucune preuve contre lui ne soit rendue publique. Cela fait maintenant plus de 22 mois qu’il a été arrêté.

 

23 heures par jour dans une cellule sans fenêtres

 

Pablo González est détenu selon un régime d'isolement particulièrement dur et disproportionné. Il passe 23 heures par jour en cellule sans accès à la lumière du jour. Il est également privé du droit de communiquer avec sa famille et n'a pu recevoir que deux visites de sa femme, dont l'une en présence de sa mère et de son fils aîné. Il n'est pas autorisé à passer des appels téléphoniques, sauf à ses avocats. Cela signifie qu'il ne peut communiquer avec ses jeunes enfants. Il ne peut échanger avec sa famille et ses proches que par lettres, qui arrivent avec deux ou trois mois de retard. Il est également privé du droit de recevoir des livres et de poursuivre ses études pour sa thèse de doctorat, bien qu'on lui ait affirmé initialement qu'il serait autorisé à le faire. Ses garanties de procédure ne sont pas non plus respectées : ses avocats n'ont pas accès à l'ensemble de son dossier ni à ses appareils électroniques.

 

La police s'est-elle trompée?

 

Pablo González est spécialisé dans le monde post-soviétique et a régulièrement travaillé comme reporter sur le terrain pour différents médias. Il est à redouter que son arrestation soit une conséquence de l’exercice de sa profession en Ukraine, notamment en raison d'une émission en direct qu'il a réalisée le 6 février 2022 pour la chaîne de télévision Sexta avec des militaires en arrière-plan. Son arrestation pourrait également découler d’une supposition erronée des services de sécurité. Pablo González possède en effet deux passeports, espagnol et russe, en raison de son ascendance familiale. Ceci a pu conduire les services de sécurité à penser que son nom russe était un alias d'espion. En réalité, Pablo González est né à Moscou, enregistré sous le nom de famille paternel de Pavel Alekseevich Rubtsov, qui figure sur son passeport russe. Depuis que sa mère s'est séparée et qu'ils sont arrivés en Espagne en 1991, elle a changé son nom pour Pablo González Yagüe, qui figure sur son passeport espagnol.

 

Sources : ACAT-Espagne ; Reporters sans frontières (RSF) ; EL PAÍS

 
 

Dans la lettre d’intervention, il est demandé au ministre polonais de la justice de mettre un terme au régime d’isolement selon lequel est placé Pablo González ; de lui permettre de communiquer avec sa famille et ses proches ; de le libérer ou de le transférer vers une prison espagnole pour la durée de la procédure ; et de lui garantir un procès équitable, notamment le plein accès au dossier de l’affaire. Il est également rappelé que la Pologne est partie au Pacte international relatif aux droits civils et politiques (PIDCP), dont l’article 10 prévoit que toute personne détenue doit être traitée avec humanité, ainsi qu’à la Convention contre la torture et autres peines ou traitements cruels, inhumains ou dégradants (CAT), dont l’article 16 interdit les mauvais traitements.

 
 

Signez l'appel urgent au ministre de la Justice de la Pologne:

 

H.E. Adam Piotr Bodnar

Minister of Justice

Al. Ujazdowskie 11

00-950 Warszawa

Poland

 

Port: CHF 1.90

 

Copie à l’Ambassadrice de la Pologne en Suisse:

 

H.E. Iwona Kozłowska

Ambassador of Poland to Switzerland

Elfenstrasse 9

C.P.

3000 Berne 16

 

E-mail: berno.amb.sekretariat(a)msz.gov.pl

Port: CHF 1.20 (courrier A); CHF 1.00 (courrier B)

 

 

Délai d'intervention : 15 février 2024 – Merci pour votre engagement !

 

 

 

 
 
 

Indications pour les appels urgents

 

 

→ Comment signer et envoyer les appels urgents ?

 
 

Adhérer

 

Les membres de l'ACAT-Suisse reçoivent 11 à 12 appels urgents par an à envoyer aux gouvernements et ambassades concernés.

Ils s'engagent également contre la torture et la peine de mort en participant aux campagnes.

 

→ Devenir membre