Campagne du Vendredi saint 2022 : pétition

 

Votre aide pour un Bélarus libre

 

Signez notre pétition en faveur de deux Bélarussiens emprisonnés : l’un pour appartenance à un syndicat … et l’autre pour s’être promené au mauvais moment. Leur histoire est représentative de milliers d’autres.

 

 
 
 
 

Viachaslau Rahashchuk

(IMAGE : Viasna)

 
 

Le chauffeur de taxi Viachaslau Rahashchuk a été condamné à six ans de colonie pénitentiaire. Des officiers de police l’avaient arrêté le 10 août 2020 alors qu’il se promenait avec sa sœur et le fils de 12 ans de celle-ci dans la ville de Pinsk. Pendant sa détention, Viachaslau Rahashchuk a été maltraité et torturé. De graves problèmes de santé en ont résulté. Il a besoin d’un traitement médical de toute urgence. Mais jusqu’à présent, il n’a pas pu en bénéficier.

 
 
 

Aliaksandr Kazlianka

(IMAGE : Viasna)

 
 

Aliaksandr Kazlianka est un militant et membre du Syndicat libre de Brest. Il est actuellement détenu dans un centre de détention provisoire dans des conditions très sévères. L’un des chefs d’accusation est lié à un barrage routier érigé en 2018 contre une nouvelle usine. Kazlianka n’a cependant pas participé à cette action de protestation.

 
 
 

Dans notre pétition, nous appelons le Procureur général du Bélarus, Andrey Shved, à libérer les deux hommes, à ordonner une enquête sur les allégations de torture de Viachaslau Rahashchuk et, plus généralement, à libérer les prisonniers politiques.

 
 
 
 

 

Texte intégral de la pétition

 

Monsieur le Procureur général,


Alerté(e) par l’ACAT-Suisse (Action des chrétiens pour l’abolition de la torture), affiliée à la FIACAT (ONG internationale avec statut consultatif auprès des Nations-Unies), je tiens à vous exprimer ma profonde préoccupation face aux graves violations des droits humains commises au Bélarus. Je suis particulièrement alarmé(e) face aux violations des droits de milliers de militants d’opposition, de journalistes, de blogueurs et de manifestants pacifiques, ainsi que de simples passants pendant les manifestations qui ont suivi les résultats largement contestés de l’élection présidentielle du 9 août 2020.


Je suis profondément préoccupé(e), en particulier, par l’emprisonnement du chauffeur de taxi Viachaslau Rahashchuk, qui souffre de problèmes de santé graves occasionnés par les actes de torture et les autres mauvais traitements qu’il a subis en détention.


Le 10 août 2020, il a été violemment et arbitrairement arrêté par au moins cinq policiers alors qu’il se promenait avec sa sœur et le fils de 12 ans de celle-ci à Pinsk. Le 11 août, l’un des compagnons de cellule de Rahashchuk a informé sa mère que son fils avait été roué de coups par des agents pénitentiaires et blessé à la tête et à la colonne vertébrale. Sa famille a demandé à maintes reprises, en vain, qu’il soit examiné par un médecin indépendant, et il ne reçoit toujours pas les soins médicaux dont il a besoin de toute urgence. Le 30 avril 2021, Viachaslau Rahashchuk a été condamné à six ans d’emprisonnement dans une colonie pénitentiaire en vertu de l’article 293, partie 2, du Code pénal bélarussien (« Participation à des troubles de masse »). Lors de son audience d’appel du 6 juillet, sa peine a été confirmée.


Je suis également préoccupé(e) face à l’emprisonnement à plusieurs reprises d’Aliaksandr Kazlianka, militant et membre du Syndicat libre de Brest.  


Le 2 mars 2021, il a à nouveau été arrêté et son domicile a été fouillé. Des accusations ont été portées contre lui au titre de l’article 342 (« Organisation d’actions de groupes en grave violation de l’ordre public ou participation à de telles actions ») et de l’article 285 (« Mise en place d’organisations criminelles ou participation à de telles organisations »). La première de ces accusations concernait un barrage routier de 2018 mis en place pour protester contre la construction d’une usine de production de batteries. Cependant, selon des sources fiables, il n’avait même pas participé à cette manifestation. Aliaksandr Kazlianka est actuellement détenu au Centre de détention provisoire no. 1, dans des  conditions  particulièrement sévères.


Au vu de ce qui précède, je vous demande instamment, Monsieur le Procureur général :


1. conformément aux obligations de votre pays au titre du Pacte international relatif aux droits civils et politiques (PIDCP), d’ordonner la libération immédiate et inconditionnelle de Viachaslau Rahashchuk et d’Aliaksandr Kazlianka, étant donné qu’ils ont été détenus uniquement pour avoir exercé leur droit d’exprimer librement et pacifiquement leurs opinions, d’abandonner les charges à leur encontre et de garantir leur droit à un recours pour poursuites pénales infondées ;


2. de respecter les obligations internationales de votre pays au titre de la Convention des Nations-Unies contre la torture et d’engager sans délai des enquêtes indépendantes et impartiales au sujet des allégations d’actes de torture et d’autres mauvais traitements à l’encontre de Viachaslau Rahashchuk ;


3. d’ordonner la libération de tous les autres prisonniers politiques et de toutes les personnes détenues pour l’exercice de leur droit à la liberté de réunion pacifique pendant la période post-électorale au Bélarus.

 
 
 

Téléchargements

 

 

La pétition en PDF en français ou en allemand.

 
 

Souhaitez un bon anniversaire aux prisonniers politiques

 

Les prisonniers et prisonnières politiques du Bélarus vivent leur anniversaire comme une journée pesante. Au lieu de pouvoir faire la fête avec leurs amis et leur famille, ils croupissent injustement en prison, souvent dans des conditions très pénibles. Pour cette raison, l’organisation Libereco a lancé, en collaboration avec l’organisation Viasna, qui défend les droits humains au Bélarus, une action « cartes d’anniversaire ».


Vous trouverez les adresses des détenu.e.s ayant leur anniversaire durant ce mois et le prochain sur le site de Libereco :

 

→ Écrire des cartes d'anniversaire

 

 
 

Carte de correspondance de l'ACAT

 

Disponibles dès maintenant pour ce projet de correspondance ou d’autres auprès du Secrétariat de l’ACAT-Suisse :  
les cartes de l’ACAT !

 

 

Nous vous envoyons volontiers gratuitement jusqu’à 15 exemplaires (format A6).


→ à commander sous info@acat.ch