Illustration © ACAT-Schweiz

 

Vendredi saint 2019

 
 

Être ou ne pas être humain. La peine de mort aux États-Unis et l’avilissement de l’être humain

 

Réalité des couloirs de la mort américains en 2019 : conditions de vie indignes, détention à l’isolement, prisonniers attendant leur exécution malgré des troubles psychiques, erreurs judiciaires … Des 8127 condamnés à mort entre 1977 et 2018, 1492 ont été exécutés; 164 ont été disculpés et libérés du couloir de la mort. Donc pour neuf personnes exécutées, un condamné à mort a été disculpé. Taux d’erreur colossal pour une peine qui, une fois appliquée, ne pourra plus jamais être réduite, commuée ou remise. Une peine qui, par sa seule existence, piétine le droit humain le plus fondamental : le droit à la vie.


La bonne nouvelle est que l’an dernier, Washington a été le 20e État américain à abolir la peine de mort. La mauvaise, c’est que ce châtiment perdure dans 30 autres États des États-Unis.

 
 
 

Dans le « pays de tous les possibles », Elizabeth Vartkessian œuvre inlassablement à un avenir sans exécutions. Cette jeune femme a acquis une impressionnante expérience des procès en peine capitale. Dans un entretien accordé à l’ACAT-Suisse, elle explique comment chaque « affaire » cache une histoire de vie digne d’être racontée.

 
 
 

Les entreprises influentes peuvent contribuer à faire accepter les revendications des nombreux opposants à la peine de mort aux États-Unis. La dignité humaine doit devenir davantage qu’une promesse marketing des multinationales.

 

 
 
 
 

Par votre signature, aidez-nous à appeler Nestlé à prendre position contre la peine de mort.

 
 
 

La dignité humaine est au centre de notre méditation théologique.

 
 
 
 

A suivre dans l'acatnews

Plus d’informations sur le système judiciaire américain dans l’acatnews édition avril 2019, dédiée à la sélection des jurés aux États-Unis.

 
 
 

Exemple d’annonce pour vos collectes de paroisse

 

La collecte de ce jour est destinée à l’organisation des droits humains
ACAT-Suisse – l’Action des chrétiens pour l’abolition de la torture et de la peine de mort. Par conviction chrétienne, l’ACAT s’engage pour que tout être humain de ce monde puisse être protégé de la torture et de la peine de mort. L’ACAT mène plusieurs campagnes annuelles pour sensibiliser le public à la problématique de la torture et de la peine de mort. Les membres de l’ACAT interviennent par lettre en faveur de personnes qui ont subi la torture ou qui risquent d’être torturées ou condamnées à mort. Le travail de l’ACAT-Suisse est financé par les cotisations de ses membres, des dons et des collectes.

Un grand merci pour votre soutien – pour les droits humains !

Chaque franc est une contribution
en faveur d’« un monde sans torture ni peine de mort ».