Coalition contre les exportations d’armes dans les pays en guerre civile

 
 
 

De quoi s’agit-il ?

 

Aujourd’hui déjà, la Suisse livre du matériel de guerre dans des pays impliqués dans des conflits, tel que l’Arabie-Saoudite, le Pakistan ou encore la Turquie. Cependant, pour le lobby de l’armement, cela n’est pas suffisant. L’industrie de l’armement veut désormais exporter des armes dans des pays en guerre civile. Afin d’y parvenir, le lobby a contacté en fin d’année dernière la Commission parlementaire de la sécurité. Suite à cette demande, le Conseil fédéral a décidé cet été d’autoriser les livraisons d’armes aux pays en guerre civile. Cette décision a été prise sans consulter le Parlement.

 

Ainsi, les critères d’autorisations pour les exportations de matériel de guerre devraient être adaptés. Les livraisons de telles marchandises à destination de pays concernés par un conflit armé interne devraient être facilitées. En 2014 déjà, l’Ordonnance sur le matériel de guerre a été assouplie. Le Parlement avait alors accepté d’exporter des armes dans des pays contrevenant gravement et systématiquement aux droits humains. L’objectif de la « Coalition contre les exportations d'armes dans les pays en guerre civile » est de faire pression sur le monde politique afin d’obtenir le retrait de ces deux décisions et de revenir ainsi au statu quo d’avant la modification de 2014.

 

Appel : Récoltez 4 signatures pour l’initiative populaire

 

La coalition cherche au moins 25'000 personnes prêtes à récolter chacune 4 signatures en cas de besoin. Inscrivez-vous sous ce lien.

 

Toute personne s’étant inscrite recevra une feuille de signatures dès que l’initiative sera lancée.

 
 

 

Les exigences de notre coalition sont les suivantes : 

 

  • Le Conseil fédéral doit revenir sur sa décision.

 

  • La coalition s’engage lors de la session parlementaire d’automne afin de déposer une motion signée par une majorité de conseillers nationaux et de conseillères nationales, avec pour but d’éviter l’assouplissement de l’Ordonnance sur le matériel de guerre. 

 

  • Si ces deux démarches demeurent sans succès, nous lancerons une initiative populaire contre les exportations d’armes dans les pays en guerre civile ou dans des pays contrevenant gravement et systématiquement aux droits humains – soit une initiative de rectification.