Communiqué de presse Nuit des Veilleurs 2017

 
 

Nuit des Veilleurs et Journée internationale pour le soutien aux victimes de la torture

Berne, le 16 juin 2017 – Le 26 juin, ce sera le 20e anniversaire de la Journée internationale pour le soutien aux victimes de la torture. Cette année encore, la Nuit des Veilleurs aura lieu à cette date. Dans ce contexte, les membres de l’ACAT et les milieux ecclésiastiques sont appelés à devenir les maillons d’une chaîne mondiale de prière pour exprimer leur solidarité envers les victimes de la torture.

 

Cette année, la Nuit des Veilleurs a pour thème : «  L’Espérance… malgré tout ? » La méditation proposée à ce sujet est un texte préparé par l’ACAT-France et repris par le réseau des ACAT. Pour coordonner leurs actions et entretenir des échanges, les personnes intéressées peuvent s’appuyer sur le site www.nuitdesveilleurs.com.

 

La situation de dix personnes est présentée pour illustrer le destin des victimes de la torture et leur donner un visage. Dans ce contexte, nous présentons pour la première fois deux cas liés à la Suisse. Notre organisation veut en effet se pencher sur notre pays également. On ne saurait avancer que des choses incomparablement plus atroces se passent ailleurs pour justifier le fait de taire les violations des droits humains chez nous.

 

Nous pensons par exemple aux violences policières qui visent régulièrement Wilson A. Après un marathon judiciaire de plusieurs années, des policiers impliqués comparaissent devant la justice en cette mi-juin. L’ACAT-Suisse veut encourager les personnes comme Wilson A. à dénoncer le mal subi et à se défendre. Souvent, le profilage racial est la cause de contrôles de police non réglementaires. Il est donc extrêmement important d’aborder cette question dans la formation des policiers comme dans le débat public.

 

Nous nous penchons aussi sur la situation de l’activiste basque Nekane Txapartegi, qui risque d’être extradée vers l’Espagne suite à des aveux obtenus sous la torture. La Suisse a la responsabilité d’examiner en détail les allégations de cette femme et de s’abstenir de toute extradition tant que les faits n’ont pas été clarifiés. Malheureusement, les autorités compétentes ont ignoré plusieurs expertises indépendantes qui étayent les allégations de torture de Mme Txapartegi.

 

Cette mise en lumière de cas liés à notre pays s’inscrit dans la nouvelle orientation de l’ACAT-Suisse, qui s’intéresse de plus en plus à ce qui se passe à l’intérieur de nos frontières.

 

Plus d’informations  sur la campagne : http://www.acat.ch/fr/agir/relayer_les_campagnes/nuit_des_veilleurs/
Contact : Sophie Kreutzberg, chargée de campagne au sein de l’ACAT-Suisse
E-mail : s.kreutzberg@acat.ch, tél. 031 312 20 44