15e Journée mondiale contre la peine de mort

 
 

Pauvreté et justice, un duo mortel

 
 

Pour la 15e Journée mondiale contre la peine de mort, la Coalition mondiale sensibilise l'opinion publique sur les raisons pour lesquelles les personnes touchées par la pauvreté courent un plus grand risque d'être condamnées. La peine de mort frappe de manière disproportionnée les couches les plus défavorisées de la population. Cela a plusieurs causes: pour des accusés risquant la peine de mort, la représentation juridique est vitale. Or, il est souvent impossible à une personne de condition pauvre de pouvoir se payer les services d'un avocat. Quant aux avocats commis d'office, il leur manque souvent les ressources et l'expérience nécessaires pour éviter à leur client la peine de mort. Le statut social seul d'un accusé peut ainsi aboutir à une discrimination et à une condamnation prématurée.

 

Lors de deux manifestations en automne 2017, l'ACAT-Suisse, en collaboration avec lifespark, met en lumière un autre aspect de la peine de mort: le pardon.

 

  • Le 30 septembre, aura lieu un atelier sur ce thème avec Pierre Pradervand. Plus d’informations se trouvent dans notre agenda.

 

  • Le 7 novembre, Bill Pelke de l'Alaska, racontera comment, en accordant son pardon pour le meurtre de sa grand-mère, il a trouvé le chemin menant "de la violence à la guérison". Les informations suiveront dans notre agenda.

 

 

 

 
 
 
 
 
 

Plus d'infos

 

Un approfondi sur cette thématique fait par la Coaltition mondiale:

 

www.worldcoalition.org